Monsieur le Coordinateur général du Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise,
Mesdames et Messieurs les membres de diverses associations, divers mouvements et partis politiques,
Honorables invités,
Chers compatriotes de la Diaspora !
Monsieur le Coordinateur général, ma présence ici est non seulement un devoir patriotique de répondre à votre invitation à participer au 4ème congrès du CMDT, mais elle est aussi un réel et intense plaisir de me retrouver parmi nos compatriotes venus de tous horizons pour échanger nos idées, renforcer nos liens fraternels et nos liens militants pour la bonne cause.

Cliquer ici pour lire l'intégralité de l'intervention

Antoine Randolph, citoyen Franco-Togolais, exilé en France depuis une vingtaine d’années, a été arrêté le 22 février 2016 à la frontière entre le Togo et le Bénin par les services de renseignement togolais, sans mandat d’amener. Sa famille, basée à Colmar dans l’Est de la France, a dû attendre plusieurs jours avant d’apprendre par voie de presse, de la bouche de Yark Damenhane, le tout-puissant sécurocrate du régime togolais, qu’Antoine Randolph est « détenu à la Direction centrale du renseignement intérieur pour nécessité d’enquête ».

Photo de Antoine RandolphRompu dans l’art de victimiser pour ensuite liquider sans sourciller les personnes jugées hostiles, le pouvoir de Lomé vient de renouer, par cette arrestation et détention arbitraire, avec les vieilles ficelles et méthodes surannées de la dictature gnassingbéenne.

Il faut bien se rendre à une évidence qui saute aux yeux : Le seul péché de notre camarade, frère et ami Antoine RANDOLPH est d’avoir pensé qu’être Franco-Togolais pouvait lui garantir le respect d’un des droits les plus élémentaires : la liberté d’aller et de venir, la liberté de circulation entre son pays de naissance (le Togo) et son pays d’exil (la France).

Il faut bien se rendre à l’évidence que ni les autorités françaises, et encore moins les autorités togolaises ne considèrent sa situation d’embastillement (et de vraisemblable traitement inhumain et dégradant) comme étant une question essentielle de droit à régler, ici et maintenant !

APPEL A MANIFESTER

POUR LA LIBERATION INCONDITIONNELLE DU Dr A. RANDOLPH

Arbitrairement enlevé au Togo le 17 février 2016

Chers compatriotes Togolais de la diaspora ! Le régime RPT/UNIR, vieux de près de 50 ans, sort à nouveau son arme fatale, l'arbitraire dont-il se sert pour affaiblir et museler le peuple togolais dans sa quête d'un Etat de droit démocratique.

Ce régime qui clame sur tous les toits : « adhérer aux principes fondamentaux des droits de l'homme » afin d'appâter la « Communauté Internationale », vient de prouver encore une fois son hostilité aux principes démocratiques les plus élémentaires. Le Docteur Antoine Randolph, leader du parti du Rassemblement National pour la Démocratie et le Panafricanisme (RNDP) et Médecin de profession, résidant à Colmar (France) vient d'être arrêté au Togo, au motif - apprend-on de sources proches de l'« enquête » - qu'il est l'ami du blogueur Mathieu Cichocki.

Alors que les compatriotes de la diaspora se démènent nuits et jours, au chaud ou au froid pour apporter leurs modestes contributions au développement économique et social du Togo, ils n'ont pas le droit de rentrer au pays pour se ressourcer. C'est ce que vient de démontrer, une fois de plus, le régime Faure Gnassingbé avec l'arrestation de notre compatriote qui a eu le malheur de rentrer dans son pays d'origine après de longues années de dur labeur.

Considérant qu'au Togo, l'impunité se nourrit de l'inaction du peuple, cette forfaiture de trop doit être la goutte d'eau qui va faire déborder le vase !

Alors, tous ensemble : associations de défense des droits de l'Homme, patriotes, amis du Togo et Togolais, mobilisons-nous, partout dans le monde devant les Ambassades et/ou Consulats du Togo, pour non seulement exiger la libération inconditionnelle de notre frère, ami ou compatriote, mais également pour dénoncer l'arbitraire érigé en règle au Togo.

Faites circuler l'information afin que tous ensemble, nous manifestions le vendredi 26 février 2016 à partir de 15h30 devant l’ambassade du Togo à Paris - 8, rue Alfred Roll (métro Pereire).

Vous qui aimez le Togo, partagez largement cette alerte.

Fait à Paris, le 24 Février 2016
Pour le Conseil Mondial de la Diaspora Togolaise,
Le Coordinateur Général.

P.S.

Vous trouverez par les deux liens ci-dessous :

- Le communiqué de presse du Conseil Mondial de la Diaspore Togolais (CMDT)

- L’appel à manifester du CMDT

Chers compatriotes et amis du Bénin,

Les prochaines élections présidentielles du 28 février 2016 sont grosses de danger pour le Bénin.

Pendant que la FrançAfrique prépare activement la recolonisation du pays, les candidats abreuvent les populations de promesses aussi démagogiques les unes que les autres tout en oublier allègrement leurs responsabilités dans le chaos actuel que vit le pays.

C'est pourquoi le Comité du Front de refus du Bénin Waxala dans la diaspora (CFRBWD), en étroite collaboration avec La Plateforme Panafricaine (LPP) et le Comité Culturel pour La Démocratie au Bénin (CCDB), organise le 21 février 2016 un grand meeting d'information sur les enjeux de ces élections pour partager avec vous toutes les informations dont il dispose et montrer que seuls des Etats Généraux pour refonder le pays peuvent engendrer le sursaut patriotique  que nous appelons de tout coeur pour notre peuple.

Pour que, entre un sursaut patriotique et un effondrement dans la continuité, ce soit le premier qui triomphe.

Vous trouverez ci-joint le support d'invitation à ce meeting.

Nous vous remercions d'avance de le diffuser largement autour de vous.

Nous vous attendons nombreux à cette réunion publique.

Pour le Comité : Honoré Lokossa

UN SURSAUT PATRIOTIQUE

OU

UN EFFONDREMENT DANS LA CONTINUITE

Notre pays le Bénin, est à un tournant de son histoire. En effet, le Bénin est de nouveau dans l’impasse. Cette impasse est si visible et si criarde qu’elle ne peut plus se cacher. Plus personne ne la nie. La crise est politique, économique, sociale, morale et éthique. Tout indique que nous abordons la fin d’un cycle. Les concours truqués, le procès Dangnivo avec les signes évidents d’un crime d’Etat, les scandales à répétition et surtout l’impunité qui constitue la clé de voûte du système montrent qu’autre chose est appelée. Face à cette situation et comme à l’accoutumée, beaucoup de voix s’élèvent pour proposer des solutions selon les intérêts qui ne sont pas nécessairement ceux des travailleurs et du peuple.